Les femmes aiment-elles le sexe doux ou brutal ?

L’intensité des relations sexuelles compte beaucoup pour une femme. Cela en dit beaucoup sur l’humeur qu’elle a au moment de passer à l’acte. Leur partenaire doit donc être attentif et savoir si elle préfère le sexe doux ou le sexe brutal. L’explication dans les lignes suivantes.

Le sexe en douceur : quand on a besoin de romantisme

Quand une femme veut passer un moment romantique au lit, elle a besoin de douceur. De cette sorte, elles se sentent valorisées. Par ailleurs, elles ressentent clairement la connexion qui les lie à leurs partenaires. Le sexe en douceur permet de partager du plaisir ensemble. C’est ce qui plait tant aux femmes qui sont plus sentimentales que les hommes.

Les femmes aiment prendre leur temps au lit. La raison est que certaines atteignent moins rapidement l’orgasme que les hommes. Le sexe brutal favorise une éjaculation masculine plus rapide. Ce qui fait que le plaisir n’est pas partagé. Y aller doucement est alors un bon compromis pour une femme.

Un peu de brutalité pour un maximum de plaisirs

Quand on parle de plaisirs purs, la brutalité en excite plus d’une. Il s’agit ici de besoins et de pulsions sexuelles. Ce qui veut dire que plus fort c’est et mieux c’est. L’impact entre le corps d’une femme et d’un homme durant la pénétration excite les femmes plus que tout. De plus, une grande intensité de la pénétration dans le vagin stimule le clitoris et accentue le plaisir.

Les femmes aiment être dominées pendant l’acte sexuel. Elles adorent que les hommes ne se retiennent pas et y mettent toutes leurs forces. Cela éveille tous les sens de la femme. Ce qui libère une forte libération de dopamine dans le cerveau. En d’autres termes, l’accès à un maximum de plaisirs.

Selon l’ambiance qui s’installe

Généralement, les femmes n’ont pas vraiment de préférences. En vrai, doux et brutal dépendent de l’ambiance et de l’humeur. D’autres paramètres comme le partenaire, l’endroit ou encore la taille du pénis conditionnent le choix d’une femme là-dessus.

Pourquoi certains hommes deviennent accros aux vidéos pornos ?

On peut devenir accros au porno au même titre que la drogue et l’alcool. En effet, certaines personnes n’y résistent. Plusieurs raisons expliquent cette accoutumance. Nous allons voir ensemble les raisons pour lesquelles un homme devient accro aux vidéos pornos.

Stimulation du cerveau

Le cerveau est un outil de visualisation puissant. Nos pensées stimulent le corps. C’est-à-dire que même si ce qu’on regarde ne se passe pas dans la réalité, le cerveau l’interprète comme. Ce qui fait que l’hormone du plaisir est activée. On se perd alors dans une transe. La nouvelle technologie VR l’accentue davantage.

Les vidéos pornographiques sont des pièges psychologiques. En d’autres termes, le large choix de vidéos disponibles sur internet se transforme en gouffre. Un homme peut passer de vidéo en vidéo sans jamais en avoir marre. Sa curiosité autour des différentes mises en scène devient toujours plus importante. Ce qui fait qu’il finit par développer une faim de pornos.

Vivre ses fantasmes

Les hommes peuvent avoir plusieurs fantasmes. Il arrive que leur partenaire n’arrive pas à les combler. D’une part, cela peut être d’ordre physique. D’autre part, elles peuvent ne pas être d’accord pour se plier à ces fantasmes. Pour pouvoir les vivre, l’homme va se noyer dans des vidéos qui matérialisent ce fantasme. Ce qui souvent s’accompagne de masturbations.

Il existe des hommes fétichistes. Le fétichisme des pieds fait partie des plus communs. Cela consiste à rechercher en permanence des vidéos de sexes où l’on peut voir les pieds. Cette vision des orteils de femmes participe à la libération de dopamine dans le cerveau. D’ailleurs, la plupart des sites pornographiques proposent une catégorie spéciale fétichisme des pieds.

Permets de s’évader

La similarité des vidéos pornos avec la drogue c’est l’évasion. On oublie le temps d’un instant nos problèmes. On s’évade dans un monde où l’on se sent en sécurité. Si certains hommes sont accros aux vidéos pornographiques, c’est parce qu’ils ne veulent pas revenir à la réalité.

Pourquoi les hommes et les femmes mentent sur le nombre de partenaires sexuels ?

Une étude montre que la majorité des gens mentent sur le nombre de personnes avec qui ils ont couché. Certes, ils ne regrettent pas de l’avoir fait. Cependant, ils pensent que c’est mieux que la société ne connaisse pas la vérité sur ce sujet. Mais pour quelles raisons ?

Chez les femmes : une question de propreté

Quand il est question de sexe, les femmes craignent souvent la société. Elles ont peur d’être jugées. Effectivement, les gens ont tendance à parler mal des  femmes ayant eu plusieurs amants dans leur lit. Pour ne pas s’attirer les mauvaises langues, elles préfèrent donc minimiser leur nombre de partenaires.

Les antécédents sexuels d’une femme importent beaucoup pour un homme. C’est particulièrement le cas quand il s’agit d’une relation sérieuse. Contrairement aux hommes, les femmes ayant eu plusieurs partenaires sexuels ne reçoivent pas beaucoup d’estimes. Elles sont plutôt étiquetées comme croqueuses d’hommes et à fuir sentimentalement. Ces préjugés font que les femmes évitent de dire la vérité sur ce sujet à un homme qu’elles aiment.

Pour un homme : être valable envers une femme

Certains hommes sont des coureurs de jupons. Ils multiplient les conquêtes. Par ailleurs, il y en a qui se lance même dans des compétitions. Cependant, le nombre est faible quand on leur demande combien de partenaires ils ont eus. C’est logique que connaitre la vérité risque d’effrayer une femme. Ce qui fait qu’ils préfèrent donner un nombre raisonnable.

Un tabou pour tous les genres

Peu importe le genre, la discussion sur le nombre de personnes avec qui on a couché reste tabou. On n’a pas envie de s’étendre là-dessus. Ce qui fait qu’on donne un nombre inférieur pour arrêter la discussion. Autrement, le sujet peut s’étendre encore longtemps.